Responsabilité et expression

[Droit d'alerte] Quelles réalités pour les cadres ? Témoignez !

Alerter sur un risque important en milieu professionnel, vous l’avez fait ? Vous connaissez ? Participez par votre témoignage à un livre en projet sur ce sujet.   

  
Dans le monde de l’entreprise comme dans les fonctions publiques et le tiers secteur, de nombreux salariés, agents, sous-traitants sont témoins de malversations, d’actes délictueux ou de situations à risque pour les personnes, pour l’entreprise ou pour l’ordre public (environnement, comptes publics). À qui parler ? Que faire ? Y a-t-il des lois qui protègent ceux qui osent sortir du silence ? Telles sont les questions auxquelles un livre en préparation entend répondre.

" Si un livre permet de briser le silence, d’autoriser une parole, de provoquer, susciter le débat, alors les témoignages et les analyses seront utiles [..]. "
 

Les noms d’Irène Frachon, d’Antoine Deltour ont été très médiatisés, ils concernaient des scandales importants (Mediator, Luxleaks). Pour quelques cas de ce type, combien de citoyens, de salariés, d’agents des fonctions publiques ont-ils été un jour confrontés à ce choix : parler ou se taire, alerter ou cacher, écouter leur conscience ou ce qui paraissait être l’intérêt immédiat de l’institution ? Nous souhaitons nous adresser à eux, recueillir une parole, un témoignage.

Si un livre permet de briser le silence, d’autoriser une parole, de provoquer, susciter le débat, alors les témoignages et les analyses seront utiles à tous ceux-là. Un livre peut aussi donner la parole aux acteurs – collègues, pairs, représentants des salariés, élus du travail, organisations syndicales, institutions – qui viennent en appui aux personnes concernées.
 

Construire un livre sur ce thème suppose de recueillir de nombreux exemples, plus abondants que ceux dont nous disposons à ce jour ; c’est pourquoi la CFDT Cadres et les Éditions de l’Atelier sont en recherche de témoignages :

  • d’alerteurs effectifs – un salarié qui a informé sa hiérarchie, le médecin du travail, son organisation syndicale, le comité d’entreprise, une association, la presse, etc. d’un non-respect de la réglementation, d’un manquement grave à la déontologie professionnelle, d’un contournement de règles internes, de situations à fort risque pour les personnes ou pour l’organisation –,
     
  • d’alerteurs potentiels – une personne qui pourrait ou aurait pu avertir mais ne l’a pas (encore ?) fait, pour de multiples raisons –,
     
  • de syndicalistes ou d’élus du personnel ayant reçu un tel témoignage d’alerteur  –  ce qu’on lui a dit, ce qu’il a fait, ce qu’il n’a pas fait, à qui il a transmis l’alerte, etc.

 
Merci de nous signaler dans les plus brefs délais (avant le 13 novembre) que vous pouvez témoigner et à quel propos. Bien sûr, si vous avez déjà rédigé quelque chose, c’est parfait, sinon, nous le ferons ensemble ultérieurement.

contact : alerte@cadres.cfdt.fr
 

Un livre est envisagé aux Éditions de l’Atelier début 2018. Nous garantissons que les témoignages apportés ne seront publiés qu’avec l’accord explicite des intéressés, et garantissons leur anonymat si telle est leur demande. Merci infiniment d’avance.

L’équipe CFDT Cadres.

©Fotolia /WavebreakmediaMicro
 

+ D'INFOS :

« Droit d’alerte : un droit fondamental qui doit être attaché à la fonction cadre »

Tract "Pour un droit d'alerte professionnelle"