Responsabilité et expression

À quelques jours du vote définitif de la loi Sapin 2, la protection des lanceurs d'alerte est en danger

07 nov 2016

Les ONG regrettent très vivement que la commission des lois sénatoriale ait mis à bas le dispositif équilibré adopté par l’Assemblée nationale - fruit du travail du gouvernement et des deux chambres, lors de l’examen du projet de loi « transparence, lutte contre la corruption et modernisation de la vie publique ».

Lors de son dernier passage au Sénat, le dispositif de protection des lanceurs a été mis à bas. Face à l'urgence de la situation, Transparency France et la coordination des ONG se mobilisent.


Ce matin à 11h, en présence des experts, ONG et syndicats concernés, nous avons décrypté les dangers d'un tel retour en arrière et les mesures qui devront être prises avant le vote des parlementaires.

Nous avons adressé au Ministre Michel Sapin la pétition  signée par près de 70 000 citoyens, mobilisés pour la protection effective des lanceurs d'alerte.

En conférence de presse ce matin, la CFDT Cadres a rappelé que depuis 15 ans elle agit en faveur des Lanceurs d'alerte et du traitement de l’alerte au plus prés de réalités de travail en entreprise. Elle a rappelé le rôle important des IRP et des syndicats  vis-à-vis du traitement de l’alerte  en entreprise et vis-à-vis de la protection du lanceur d’alerte.

 

Elle a rappelé aussi la légitimité de l’organisation syndicale pour porter l’intérêt général et pour permettre la liberté d’expression au nom de ce principe.

 

 

À lire

Loi Sapin II : les lanceurs d’alerte privés de soutien dans l’entreprise

Une jurisprudence conforte le combat décennal de la CFDT

Managers, experts, cadres, chefs de service : du préventeur au lanceur d’alerte ?