Salaire et participation

La CFDT Cadres optimiste pour les rémunérations des cadres

Dans un climat favorable, la confiance est de mise pour la négociation future des rémunérations des cadres. Sur ce volet, la CFDT Cadres réaffirme son soutien et souligne, en sus, la nécessité d'intégrer à sa réflexion des écarts dépeints dans l'enquête de l'APEC.

Le plein emploi est une quasi-réalité pour les cadres avec un taux de chômage de 3,5%. Même si les réalités sont hétérogènes, selon les secteurs, les régions, les cadres sont théoriquement cette année en position favorable pour négocier leurs rémunérations, qu’ils reconnaissent pour 9 cadres sur 10 comme le principal levier de reconnaissance professionnel de leur très fort engagement au travail. La CFDT Cadres apportera du soutien à la moitié des cadres qui expriment l’intention de demander une augmentation cette année, en portant une attention particulière aux salaires des femmes, puisqu’en 2017 encore, les cadres masculins ont bénéficié de revalorisations plus fréquentes et importantes que les femmes, avec un effet de décrochage durable pour les femmes à 30 ans. Elle soutiendra aussi la reconnaissance de l’expérience et de l’expertise des cadres seniors qui voient leurs rémunérations s’éroder après 50 ans.

A l’occasion de la publication de l’enquête Situation professionnelle et rémunération des cadres 2017[1] de l’APEC, la CFDT Cadres insiste pour que les stratégies de rémunération reflètent la qualité intrinsèque du travail des salariés. Elle regrette qu’en France, l’effet « Diplôme » continue à s’accentuer au cours de la carrière : un cadre trentenaire diplômé d’une école de commerce gagne en effet 16 % de plus que celui diplômé d’une université, ces écarts se renforçant avec l’âge. 

Dans ce contexte favorable, la CFDT Cadres redit son attachement à la négociation de primes variables collectives sur objectifs, efficaces sur l’organisation du travail de toute l’entreprise, pour tous les salariés.

par Anne-Florence Quintin, Secrétaire nationale CFDT Cadres


[1] Réalisée auprès de cadres du secteur privé (enquête Internet par e-mailing). Le terrain de cette enquête a été réalisé en avril 2017 et l’enquête a permis d’obtenir près de 14 000 réponses exploitables. Les résultats ont été redressés selon la répartition des cotisants Agirc articles 4 et 4bis par âge et par sexe. Ils sont représentatifs des cadres en France.