Vie syndicale

Au commencement était la FFSIC…

09 nov 2014

Novembre 2014, 50 ans de la CFDT. Et 70 ans pour la Fédération française des syndicats d’ingénieurs et cadres.

 

Quels militants se souviennent encore de ce sigle peu commode à prononcer ? Avant la CFDT Cadres, avant l’Union confédérale des ingénieurs et cadres, il y eut pourtant la FFSIC : la Fédération française des syndicats d’ingénieurs et cadres fondée en novembre 1944. C’est une longue histoire, qui commence avec les fédérations de métiers de l’ancienne CFTC...  Avant 1940, la CFTC comprenait parmi ses adhérents un certain nombre d’ingénieurs et cadres, les uns devenus cadres par promotion professionnelle étaient restés dans leur syndicat d’origine, les autres y étaient venus en raison de l’idéologie qui inspirait cette centrale. La plupart se contentaient de participer à l’action de la CFTC en payant une cotisation. Certains assuraient des cours de formation des militants. Ils étaient en général affiliés aux syndicats groupés dans la fédération française des syndicats d’employés, techniciens, agents de maîtrise et chefs de service mais, dispersés dans des secteurs professionnels et géographiques très divers, ils n’avaient aucun lien structuré entre eux.

 

En 1957, la CFTC décide en congrès de la mise en place des fédérations d’industrie, qui viennent se substituer aux fédérations de métiers. En novembre 1964, la CFTC devient CFDT, en abandonnant la référence à la morale sociale chrétienne et en réaffirmant l’importance des valeurs de la démocratie. Les historiens du mouvement social ont accordé beaucoup d’importance à la date de 1964, en soulignant à juste titre sa place fondamentale dans l’histoire de la CFDT et du syndicalisme français en général. Mais la « déconfessionalisation » n’est en fait qu’un moment d’une histoire plus longue. Il faut revenir sur la lente évolution au sein de la CFTC, pour comprendre que la décision prise au congrès de 1957 représente la première victoire de ceux qui souhaitent transformer l’ancienne confédération chrétienne. L’abandon des syndicats catégoriels entraîne une recomposition majeure. Pour le syndicalisme cadre en particulier, la création des fédérations d’industrie est un véritable coup de canon, et les conséquences d’un tel changement vont s’étendre très largement au-delà de celles provoquées par la déconfessionnalisation de 1964.

 

Retour sur la création de l’Union confédérale des ingénieurs et cadres CFDT et l’histoire de la CFDT Cadres, un article de Tanguy Cornu publié dans la revue Cadres n°430-431.