fonctions publiques et réformes

Cadres des fonctions publiques : un soutien managérial insuffisant !

07 mai 2019

La DARES, vient de publier (avril 2019) les résultats de la vague 2016 de son enquête récurrente sur « Les rapports sociaux au travail » : des éclairages utiles sur les relations hiérarchiques.


par Laurent Mahieu, Secrétaire général de la CFDT Cadres

En cette période où la Fonction Publique fait l’objet d’un projet de loi qui mobilise les syndicats, l’expression des cadres des fonctions publiques est à analyser de près.

Au sein d’une enquête plus vaste, menée auprès de plus de 23 000 salariés, 25 questions de la DARES (Ministère du Travail) portent sur les rapports sociaux au travail. Les premières données disponibles permettent déjà d’illustrer des différences de situations comme des ressemblances entre les catégories professionnelles, les tranches d’âge, les genres et les statuts.

Les cadres des fonctions publiques représentent 37,5 % des 4,15 millions de cadres (public + privé). Ces cadres représentent 17,9 % des salariés enquêtés.


  • Les cadres du public sont moins aidés par leur supérieur hiérarchiqueDARES_2019

La Question 1 donne la « Proportion de salariés qui sont aidés par leur(s) supérieur(s) hiérarchique(s) s'ils ont du mal à faire un travail délicat ou compliqué ». 

Pour l’ensemble des cadres, la proportion est de 65,2 % en 2016 ; pour l’ensemble des salariés (cadres compris), elle est de 66,8 %. Chez les professions intermédiaires, cette proportion est de 71,7 %.

Mais parmi les cadres, l’écart public/privé est important : 54,5 % pour le public et 73,3 % pour le privé. Les cadres du public sont moins nombreux à bénéficier d’un management qui est en appui.

  • L’expression des cadres du public bénéficie de moins d’attention de la part de leur supérieur

A la Question 3 « Mon supérieur prête attention à ce que je dis », les cadres sont à 46,1 % ‘d’accord’ et à 36,4 % ‘tout à fait d’accord’ (soit un total de 82,5 % de réponses « positives »).

Les professions intermédiaires bénéficient de plus d’attention de leur supérieur hiérarchique que l’ensemble des salariés (plus de 5 points sur l’ensemble des 2 items). Les cadres du privé (86,2 %) en bénéficient plus que ceux du public (78,7 %).

Sur cette question aussi, les cadres du secteur publics « bénéficient » de managers moins attentifs.

  • La santé, le bien-être : une préoccupation moindre pour les supérieurs des cadres publics

À la Question 6, la DARES interroge les salariés pour connaitre la proportion de salariés qui déclarent que leur supérieur hiérarchique accorde une grande importance à leur santé et à leur bien-être.

Les cadres du public sont 34,5 % à répondre « parfois » (20,3 %) ou « jamais » (14,2 %) quand les cadres du privé ne sont que 23,5 %. Pour l’ensemble des salariés, cet état de fort désintérêt des supérieurs pour ces questions concerne 30,2 % d’entre eux.

Sur cette question, les cadres du public sont en situation préoccupante.

  • Désaccords avec la hiérarchie : moins d'échanges dans le public

Avec la Question 15, la DARES interroge les salariés sur l’existence de désaccords et la possibilité de dialogue avec leur hiérarchie : La situation des cadres est « meilleure » que celle des autres catégories (moins de désaccords et plus de dialogue sur ceux-ci).

Parmi les cadres, la situation semble meilleure pour les cadres du public : ils sont 33,8 % à déclarer n’avoir JAMAIS de désaccords avec leurs supérieurs sur la façon de bien faire leur travail (contre 22,8 % des cadres du privé). 

Cependant, parmi ceux qui ont des désaccords avec leurs supérieurs (toujours, souvent ou parfois), la proportion de ceux qui peuvent en discuter est de 85,3 % pour les cadres du public, contre 92,8 % pour les cadres du privé.


En conclusion provisoire

Aide du supérieur, attention à l’expression des cadres, préoccupation pour la santé, possibilité de discuter en cas de désaccord… : sur tous ces aspects essentiels des relations sociales de travail, les cadres du public apparaissent en moins bonne situation que ceux du privé.

Il ressort aussi de cette enquête que les cadres managers (public ou privé) manifestent plus d’aide et d’attention à leurs propres collaborateurs qu’ils n’en bénéficient eux-mêmes.

Cette enquête massive (plus de 4000 cadres enquêtés) confirme le deuxième baromètre CFDT Cadres réalisée l’an dernier auprès des managers qui signalait que l’écart se creusait entre managers du privé et managers du public en matière de satisfaction.

Les cadres du public ont de quoi exprimer des attentes, des revendications, pour un management public qui sache mieux les considérer, et la CFDT sait être à l’écoute pour en porter la voix.

 

+ d'infos

Enquête DARES 2019 - Les rapports sociaux au travail

Baromètre CFDT Cadres : des fragilités qui appellent un besoin d'appui

Actualités Fonctions Publiques

 

Photo : Yanlev