CONCILIER VIE DE CADRE, VIE DE FAMILLE ET ENGAGEMENT SYNDICAL

CFDT Cadres | 08 Dec. 2016 par admin2
À l'occasion des Entretiens territoriaux de Strasbourg, le rendez-vous des cadres, managers territoriaux qui se tient les 7 et 8 décembre 2017, nous donnons la parole à Marie Mennella, Directrice générale d'une mairie de 5000 habitants.

COMMENT FAIT-ON POUR CONCILIER VIE PROFESSIONNELLE / VIE SYNDICALE QUAND ON EST CADRE, EN L’OCCURRENCE DGS DE COLLECTIVITÉ ?

Je n’ai pas démarré ma carrière en tant que DGS ni en tant que syndicaliste.
Durant 10 ans, en parallèle d’une carrière d’agent, j’ai petit à petit, assumé  différents mandats syndicaux, de la section syndicale jusqu’au national.L’engagement syndical, je l’ai compris lorsque j’ai mis ma première chasuble pour manifester, lorsque j’ai pris la première fois la parole contre mon N+1 en Comité Technique, lorsque j’ai distribué mon premier tract à 5 heures du matin au service collecte. Depuis, je n’ai jamais rougi de mon appartenance syndicale et j’ai toujours essayé d’en faire une richesse.

Lorsque j’ai postulé pour le poste de DGS (ville de 5 000 habitants), j’ai indiqué sur mon CV mes mandats syndicaux les plus chronophages. Cela a fait l’objet d’un échange avec le maire et j’ai pu indiquer ce que m’a apporté le syndicat et que ne m’a jamais apporté la collectivité territoriale :
- le sens du travail en équipe et de la transversalité de l’information dont personne n’a le monopole ;
-  l’importance d’être au plus proche des agents, d’essayer de les comprendre (belle expérience qui aide dans le management)
- l’expérience des instances (la préparation, le suivi, le rôle de chacun…)
-  les valeurs qui permettent de rester droit dans ses bottes
Sans en faire une revendication, il s’agit d’une étape d’un parcours professionnel.
 

PEUT-ON CONCILIER LOYAUTE DU CADRE FONCTIONNAIRE  ET  ENGAGEMENT SYNDICAL ?

Pour ma part, la loyauté s’arrête aux portes de la loi. Vis-à-vis de l’autorité territoriale, la loyauté ce n’est pas exécuter bêtement. Un DGS intelligent doit concilier l’intérêt de la collectivité et celui des agents pour travailler  mieux, dans un intérêt commun.
Dans un contexte de mutualisation et de réorganisation des collectivités, le climat social est mis à rude épreuve. J’essaie d’anticiper les décisions le plus en amont possible et de travailler ces questions avec les agents et les représentants du personnel pour connaitre les impacts sur les services. L’engagement syndical ne se limite pas à la négociation des tickets restaurants. Là où la CFDT est un bon partenaire c’est dans la négociation et le dialogue pour le collectif. Pour un DGS, c’est une bonne école de co construction.
 

EST-CE QU’ON PEUT AFFICHER CET ENGAGEMENT SYNDICAL : AU MAIRE, A L’EQUIPE DE DIRECTION, AUX AGENTS..?

L’équipe de direction connait mon engagement car l’agglomération est petite et le pédigrée de la DGS a été vite recherché. Tout en gardant une certaine réserve, je m’attache à ce que les cadres intermédiaires aient les moyens de bien fonctionner et de bien faire fonctionner. Lorsqu’il y a une décision à prendre en réunion de direction, chacun peut donner son avis c’est aussi un héritage du syndicalisme de permettre une intelligence collective. Sans l’afficher pour autant.
 
Concernant les agents, le DGS n’a pas d’antenne pour savoir comment il est perçu. Aucun agent n’a osé aborder directement la question. Là encore, sans l’apposer sur la porte du bureau, le syndicalisme apprend à écouter, même s’il n’y a pas toujours de solution immédiate.
 
Par rapport aux autres organisations syndicales, il faut garder une certaine équité ce qui n’est pas toujours évident. Il y a des OS avec lesquelles le dialogue est plus facile qu’avec d’autres. La culture du dialogue trouve ici ses limites. Dans le syndicalisme, il est courant de parler à des murs mais là, en étant le décisionnaire, il faut trouver des compromis et les valeurs de dialogue sont mises à rude épreuve (la patience aussi).
 

COMMENT CONCILIER LE TEMPS SYNDICAL, LE TRAVAIL ET LA VIE DE FAMILLE ?

DGS est un poste dense et chronophage. Concilier ces temps nécessite organisation et rigueur. Il faut être bien entouré(e) car on se sent vite seul(e) dans ce poste.
Il faut aussi découper son temps et installer des perméabilités. Les nouvelles technologies peuvent rapidement permettre au travail d’envahir la sphère familiale. De la même façon que je ne fais jamais rien de personnel au bureau même pas une photocopie, je ne travaille pas en présence de ma famille. Pour ce qui est du travail syndical, je pose des décharges ou je travaille en cours de journée lorsque j’ai du temps bien souvent le midi au calme.
Même si personne ne contrôle mon travail, je mets des heures « syndicat » dans mon agenda.
 

QUELLE DIFFERENCE AVEC UN ENGAGEMENT DANS UNE ASSOCIATION PROFESSIONNELLE ?

Au niveau local, les représentants de l’association des DG ne représentent qu’eux-mêmes. Les relations tendues en CAP du centre de gestion lorsque j’y siégeais ne m’ont pas donné envie de m’y associer.
Les « avantages » proposés tournent souvent autour d’une assurance professionnelle (dernier argument lorsque qu’on cherche des adhérents) et de l’information spécifique aux DG. A l’heure d’internet, les informations sont disponibles plus facilement et l’AMF est plus pertinente et réactive. De la même manière, en étant adhérente et militante à la CFDT, je ne vois pas l’intérêt du corporatisme. Il est basé sur un système qui ne travaille que pour sa propre survie en faisant fi de la collectivité. De plus, il s’agit d’un non sens lorsqu’on dirige un service public.  
Ce sont deux idéologies différentes tout comme d’ailleurs, le syndicalisme réformateur et le syndicalisme d’opposition.  
 
Ca va paraitre paradoxal, mais j’ai l’impression de mieux comprendre la richesse de l’engagement à la CFDT depuis que je suis DGS.

Pour aller plus loin :

Le site de la CFDT Interco

Le programme des ETS 2016

cadres territoriaux - cfdt interco - fonction public - interco - manager - territotial -

Partager

  • Ajouter aux favoris
  • Envoyer à un ami